Prévention Santé Tabac

Ne laissez pas disparaître les associations qui protègent votre vie et votre santé !

Les parlementaires proposent, souvent dans l’urgence, des lois qui correspondent à un besoin né d’une situation dramatique brusquement révélée par la presse et généralement affectée d’une charge émotionnelle forte destinée à susciter l’intérêt de l’auditeur ou du lecteur.

Certains personnages politiques remarquables ont le courage d’affronter ces situations extrêmes, de prendre le temps de les analyser dans la sérénité et de rencontrer tous ceux que ces évolutions législatives risquent de favoriser ou de léser. On peut ainsi citer, pour le tabac, Simone Veil, Claude Évin, Jacques Chirac, Jean-François Matteï, Dominique de Villepin, Marisol Touraine, Agnès Buzin et, dans une moindre mesure, Xavier Bertrand qui, après avoir réussi la première phase de son projet lorsqu’il était ministre, n’a pas su en défendre les principes lorsque le nouveau président, dont il avait soutenu la candidature, lui a confié les rennes de son parti.

Les associations, comme DNF qui, dans le cadre de ces évolutions sociétales sont souvent les lanceurs d’alerte, se voient, aussi souvent, confier le soin de veiller à ce que les lois ainsi élaborées soient respectées, ce qui devrait normalement être le rôle du ministère public.

Le tabac, ce poison, qui tue très prématurément un de ses consommateurs sur deux et qui pourrit la vie et la santé de ceux qui ne fument pas, fait la fortune de ceux qui le fabriquent ou participe au revenu de ceux qui le commercialisent. Les sommes colossales que les industriels du tabac peuvent investir en marketing, en publicité ou pour financer leur travail d’influence auprès de l’opinion publique et des décideurs publics sont sans commune mesure avec les ressources dont peuvent disposer nos associations.

Les associations, qui aux termes de la loi bénéficient de ce qui peut s’assimiler à une délégation de service public, vivent de dons, de cotisations et du financement de projets objets de conventions annuelles ou pluriannuelles d’objectifs (quantifiés et vérifiés chaque année). Malheureusement, l’engagement associatif a tendance à céder le pas à l’individualisme et les restrictions budgétaires, certes justifiées, affectent uniformément les organisations, qu’elles soient sans objectif clairement défini ou indispensables à la vie des Français.

Sans un sursaut citoyen, ces associations semblent condamnées à disparaître au profit de structures institutionnelles lourdes, cloisonnées et très coûteuses pour le budget de l’Etat… et donc pour vos impôts.

Comment Adhérer ?
Comment soutenir DNF ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.