Santé Tabac

Journée internationale des droits des femmes

Les derniers résultats du baromètre de Santé Publique France montrent une baisse du tabagisme de manière générale, dans notre pays, sauf … pour les femmes.
Au fil des décennies, l’industrie du tabac, par un marketing actif et multidimensionnel, a su associer chez trop de femmes la cigarette à l’émancipation, à l’audace, au glamour.
Malheureusement, les conséquences sont là et elles sont dramatiques.

Depuis les années 1970, le tabagisme des femmes n’a cessé d’augmenter. Dans un proche avenir, le cancer du poumon tuera plus de femmes que le cancer du sein.
La lutte contre le cancer a fait de formidable progrès mais il reste des cancers difficilement curables dont le poumon fait partie. Ce cancer jusqu’ici masculin se féminise et l’épidémie ne fait que commencer.

« Les derniers chiffres montrent que le taux d’incidence du cancer du poumon est resté stable sur la période 1990-2018 chez l’homme (-0.1% par an) mais que sur la période 2010-2018, une légère décroissance a été observée (-0,3% par an). Chez la femme en revanche il a augmenté en moyenne de 5,3% sur la période 1990-2018 et cette augmentation reste élevée sur la période récente (+5% par an entre 2010 et 2018) » explique un responsable de l’Institut National du cancer. Selon les projections, le cancer du poumon chez la femme devrait augmenter de 43% à l’horizon 2030.

Les autorités de santé prévoient d’ailleurs globalement une explosion des maladies liées au tabagisme des femmes dont notamment la BPCO. Les décès par infarctus notamment chez des jeunes femmes sont en nette augmentation et, là aussi, la cigarette n’est jamais loin.

La sensibilité particulière des femmes au tabac est aussi en cause. Pour un même nombre de cigarettes fumées, les femmes ont un risque d’infarctus ou de BPCO plus élevé que les hommes. Sur le terrain de l’addiction, les femmes ne sont pas les égales des hommes. Il est impératif de cibler la prévention prioritairement vers les femmes.

La France détient, en outre, un triste record : l’un des plus forts taux de la consommation de tabac durant la grossesse en Europe. Les conséquences, souvent minimisées sont pourtant loin d’être anodines. Fumer a un impact direct sur l’appareil reproducteur féminin. Les fumeuses ont des ovules de moins bonnes qualités et ont plus de difficultés à débuter une grossesse. Elles ont aussi plus de risques de perdre le bébé.

Durant la grossesse, elles augmentent le risque de pré-éclampsie mais exposent aussi le fœtus au risque de retard de croissance intra-utérin. L’exposition au tabac in utero peut avoir de multiples conséquences mais il semblerait que le rôle du tabagisme dans l’explosion des TDHA (troubles du comportement de l’enfant) soit confirmé.

La femme détient pourtant la clé qui permettrait d’arrêter ce cercle infernal. Pour être l’égal de l’homme, elle n’a pas besoin de reproduire ses addictions !

Le lettre bimensuelle de DNF – Pour un Monde Zéro Tabac du 1er mars 2019

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.